DANS LE CONTEXTE ACTUEL, LE PREMIER ENJEU CONSISTE À RASSURER ses clients comme ses salariés. Symboles de la crise sanitaire, les masques barrière (avec différents niveaux de filtration suivant les modèles) se sont imposés dans les commerces.

Quid des visières ou écrans en plexiglas ? « S’ils peuvent protéger les porteurs des grosses gouttelettes émises immédiatement après une toux par une personne à proximité et face à l’écran, ils ne permettent pas de protéger des particules restant en suspension. Ils n’ont pas l’efficacité des masques de protection respiratoire », précise l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), tout en appréciant leur surface élargie de protection et leur capacité à « pouvoir être retirés en minimisant le risque de toucher le visage ».

Pour une sécurité renforcée, certains artisans ont installé des vitres en plexiglas ou des films transparents, souvent stratégiquement positionnés à la caisse, sur toute la longueur de leur comptoir de vente, comme Nicolas Levasseur de la boulangerie Aux p’tits loups à Courcellessur-Seine (27) : « Un aménagement qui protège mes vendeuses et contribue à rassurer pleinement les clients ».

A Nîmes, la ville a offert des distributeurs de gels hydro-alcooliques à pédale (à droite) aux commerçants.

Plan de nettoyage

Autre pilier de la panoplie stop-covid : le gel hydro-alcoolique (à associer avec un nettoyage régulier des objets et surfaces manipulés, à rigoureusement planifier pour un maximum d’efficacité). Il se présente sous différents formats et conditionnements. Aux côtés des bouteilles et autres flacons à pompes manuelles, des distributeurs à déclenchement automatique ou à pédale ont fait leur apparition pour une utilisation sans contact. Certains magasins, équipés de toilettes en salle, ont également choisi de laisser libre leur accès pour un nettoyage des mains au savon et à l’eau.

Durant le confinement, les gants se sont généralisés dans le service. Attention toutefois d’en changer très régulièrement sous peine de contre-productivité. À privilégier : l’usage systématique des pinces pour manipuler les produits ou le recours aux fameux gants type Clean hands à enfiler et retirer d’une seule main grâce à leur système d’ouverture magnétique : « un gain de temps et un gage d’hygiène en boutique », observe Simon Hue de la boulangerie La Bonne Baguette, à Amiens (80).

Kit de lutte en ligne

Le confinement a entraîné l’instauration et la matérialisation d’un flux de circulation en boutique, avec un marquage au sol et un affichage à l’entrée. Une nécessaire distanciation sociale qui n’empêche pas une touche d’humour, en donnant son équivalent en… baguettes (deux environ) ! Cela a impliqué également le calcul d’une jauge de clients pouvant simultanément être accueillis en boutique : un chiffre à éventuellement réestimer en fonction de la surface de son magasin et des préconisations gouvernementales (une personne pour 4 m2), compilées dans le kit de lutte contre le coronavirus, téléchargeable en ligne sur le site internet : www.travailemploi.gouv.fr

Barbara Guicheteau