A ppelés à rester au   maximum à domicile et à diminuer la fréquence de leurs courses durant le confinement, les Français ont optimisé leur approvisionnement en groupant leurs achats.

Ce constat, associé à une dégringolade du snacking pour cause de télétravail généralisé, a incité certains artisans à mettre en place des « box » à emporter, soit un panier repas optimisé, spécialement pensé pour le contexte actuel. À Paris, le pâtissier Yann Couvreur a lancé avec succès des « Confin’box », brunch pour deux personnes mixant produits sucrés et salés, disponibles le week-end. L’occasion de faire découvrir ses spécialités/nouveautés, tout en offrant un service adapté à la situation sanitaire. Une offre d’actualité qui se poursuit depuis le 11 mai, sous le nom de « Déconfin’box ».

Levier de fidélisation

Pour compenser un manque à gagner en salle, de nombreux restaurateurs ont également lancé des formules à emporter : un service qui pourrait perdurer à la réouverture des établissements. D’où l’intérêt pour les boulangers-pâtissiers de se positionner sur ce créneau, levier de chiffre d’affaires et de fidélisation, avec des offres (par exemple une petite salade en option avec les quiches) et tarifs adaptés, à relayer sur les réseaux sociaux.

En panne d’emballages ? C’est le moment de se convertir à la consigne (lire La Toque n°309), qui prône l’utilisation de contenants réutilisables, pratiques et écologiques. Entre autres fournisseurs, le réseau parisien Reconcil en livre dans toute la France !

Reconcil - service de contenants consignés (abonnement)
B.G.