Dans la grande famille des sandwichs asiatiques, le bao (bun en chinois) s’impose comme le buzz du printemps. Sous des dehors roboratifs, il cache des trésors de légèreté et de fraîcheur. Servi tiède, il se compose d’un pain blanc brioché non sucré réputé pour son moelleux. À base de farine, levure et eau, la pâte est pétrie, façonnée en boule puis cuite à la vapeur, avant d’être facie d’une garniture de saison, végétarienne (concombre, avocat, carotte, courgette, oignon — crus, cuits ou marinés — sont ses meilleurs alliés) ou agrémentée de poisson ou de viande (porc, poulet, bœuf, canard, etc.).

Sandwich « fusion »

Le bao se décline en version relevée, avec herbes et épices (coriandre, persil plat, gingembre…) ou adoucie, pour les palais plus délicats. Sandwich « fusion » par excellence, au carrefour de multiples cuisines (chinoise, taïwanaise, vietnamienne), il présente une quantité infinie de recettes. Libre à vous donc de créer votre bao signature, en variant les farines, les parfums et les cuissons. Pour une version pauvre en gluten, n’hésitez pas à remplacer la farine de blé par de la farine de riz par exemple. Envie de contraste ? Ajoutez du charbon végétal dans votre pâte pour un petit pain tout noir. Dans l’édition 2018 de La meilleure boulangerie de France sur M6, l’artisan globe-trotter Nirvân Sandner (Tatup à Ambérieu-en-Bugey — 01) en a livré une interprétation originale, farcie (avec oignons, champignons, soja et beurre de cacahuète) et légèrement poêlée. Dépaysement culinaire garanti !

B.G.