L’emplacement

Le choix du lieu est primordial pour rentabiliser un distributeur automatique de baguettes. Tout comme pour une boulangerie « en dur », le trafic routier/piétonnier, la concurrence locale, la possibilité de stationner ou la visibilité de la machine sont à étudier de près. La contrainte technique tient surtout à la fourniture d’électricité (pose d’une ligne en 220V et parfois d’un compteur dédié). Bourgs, axes passants, zones d’activité… il existe une multitude de possibilités pertinentes ! Les ventes doivent impérativement couvrir le coût de l’appareil (abonnement, loyer ou remboursement de prêt) et tous les frais annexes liés à la livraison, la relève du fond de caisse, la maintenance, la consommation électrique… Calculez donc le nombre de baguettes qu’il vous faut vendre chaque jour pour être rentable. Si votre équipement est posé et qu’il ne répond pas (ou plus) à vos attentes, n’hésitez pas à le changer de place.

Pour gagner en impact commercial, l’emplacement peut être négocié avec le propriétaire.

Le partenariat

L’installation de l’appareil étant située le plus souvent sur le domaine public (même s’il est posé sur le trottoir devant votre boulangerie), il vous faut impérativement une autorisation de la Mairie et une entente sur le raccordement électrique. Pour accroître vos chances de réussite, n’hésitez pas à envisager des partenariats avec des organisations (SNCF, La Poste, collectivités locales, entreprises privées…) en valorisant le service que vous apportez aux usagers ou aux populations. Vous pourrez ainsi accéder à des emplacements encore plus rentables (abords de gares, rues commerçantes, campings, universités…). Notez que certaines communes rurales sont prêtes aussi à prendre à leur charge l’investissement ou au moins les frais d’électricité (installation et consommation) ! N’hésitez pas à les solliciter. Les régions et les départements peuvent soutenir également votre projet (s’il offre un réel service au territoire).

La fiabilité de la machine

Le choix du constructeur est déterminant dans la réussite de votre projet, non seulement pour limiter la fréquence des pannes, mais aussi pour être secouru rapidement en cas de défaillance technique. Vérifiez que le distributeur est robuste, étanche à l’eau (norme IP54 par ex.), traité anticorrosion, apte au contact alimentaire et résistant à toute épreuve (intempéries, fortes chaleurs, braquages, fausses monnaies…). Préférez les sociétés françaises (MaBaguette, Le Distrib, Smart Baguette/API Tech, Panivending, Mie Happy…) en privilégiant celles qui offrent un SAV réactif et efficace. N’hésitez pas à assurer votre appareil contre le vandalisme et à demander à la mairie l’installation d’une caméra de surveillance (même fictive). Notez qu’il est fréquent de retrouver son appareil bloqué par des fausses pièces, jetons, boutons, trombones... Le paiement par carte bancaire sans contact est un avantage (de plus en plus de consommateurs l’utilisent).

La maintenance et le dépannage de base doivent pouvoir être effectués par le boulanger.

La qualité du pain

Pour que l’opération s’inscrive sur le long terme, il est important que la qualité du pain soit au rendez-vous chaque jour. Optimisez déjà vos recettes pour élaborer des baguettes de tradition qui se conservent bien (process long sur levain, façonnage manuel par ex.). Organisez-vous aussi pour faire au moins une livraison par jour, en retirant les invendus. Notez que certains constructeurs proposent des dispositifs pour limiter les effets de l’humidité de l’air (radiateur, ventilateur, régulateur d’hygrométrie). D’autres modèles terminent la cuisson sur place à partir de pâtons précuits (comme Panivending, Smart Baguette ou Mie Happy), ce qui permet de proposer du pain chaud à toute heure. L’équipement (intégrant un module de froid et de cuisson) est toutefois plus onéreux à l’achat et/ou en coût de fonctionnement. D’une manière générale, informez la clientèle en indiquant sur l’appareil l’heure de livraison et éventuellement la fourchette horaire de retrait conseillée. Concernant le prix de la baguette, n’hésitez pas à augmenter légèrement vos tarifs pour le service rendu (10-20 cts en sus du prix magasin).

Organisation des livraisons

Pour assurer la livraison de pain frais au moins une fois par jour (de préférence tôt le matin dans les villages ou en soirée dans les gares), il faut s’organiser en conséquence. Aussi est-il parfois plus compétitif de gérer un parc de plusieurs machines, notamment en zones rurales. Pour les livraisons, privilégiez des véhicules peu gourmands en énergie et optimisez vos tournées pour minimiser le coût de déplacements. Il n’est pas rare que certains distributeurs bien placés atteignent les 500 baguettes par jour (voire plus). Dans ce cas, il vous faudra être très réactif pour alimenter la machine comme s’il s’agissait d’une seconde boutique. Certains constructeurs proposent un système d’alerte par SMS qui vous permet d’être averti à l’approche d’une rupture de stock. Une option très utiles !

Les 7 atouts du distributeur

Pour les artisans, les motivations à l’acquisition d’un distributeur sont variées :

1. Ils déploient la zone de chalandise de la boulangerie et augmentent le volume global des ventes ;

2. Ils permettent de continuer à servir en dehors des horaires d’ouverture (parfois 24h/24 et 7j/7) ;

3. Ils maintiennent un service de proximité dans les villages et évitent aux populations de se déplacer ;

4. Ils offrent un service appréciable aux usagers du secteur privé ;

5. Ils rentabilisent les tournées en milieu rural en centralisant les points de livraison ;

6. Ils consolident l’économie locale/artisanale et les circuits courts ;

7. Ils fluidifient le trafic en magasin en période de forte affluence.

Armand Tandeau