Imprimer Envoyer par mail

La qualité des oeufs coquille

Se fournir auprès de producteurs d'oeufs bio, Label Rouge, fermiers ou paysans représente une stratégie durable. Mais attention aux fournisseurs peu responsables ! Point sur la réglementation.

1 Marquage

Le mode de production et l'origine des oeufs coquille destinés à l'alimentation humaine (catégorie A ou « frais ») peuvent être repérés par un code inscrit sur la coquille. Ce marquage est obligatoire (sauf dérogation, voir 6) et doit être effectué par un centre d'emballage agréé. Le mode de production correspond au premier chiffre (0, 1, 2 ou 3) situé devant le code ISO (à deux lettres) renseignant sur le pays producteur (FR pour la France). Les autres chiffres correspondent à l'identification de l'éleveur. On distingue cinq niveaux de qualité : les oeufs de poules élevées en plein air selon le cahier des charges Agriculture Biologique (code 0), les oeufs de poules élevées en plein air selon le référentiel Label Rouge (code 1), les oeufs de poules élevées en plein air (code 1), les oeufs de poules élevées au sol (code 2), les oeufs de poule élevées en cage (code 3).

2 Extra frais

En catégorie A (frais), la DCR est fixée à 28 jours suivant le jour de ponte, mais les oeufs doivent être livrés au consommateur dans

un délai n'excédant pas 21 jours après la ponte. La mention « extra » ou « extra frais » peut être utilisée s'ils sont livrés au consommateur dans un délai n'excédant pas neuf jours après la ponte. Dans ce cas, la date de ponte et la DCR sont obligatoirement apposées sur l'emballage.

3 Bien-être animal

Les conditions d'élevage sont définies de manière stricte pour chaque catégorie, à savoir : la surface minimum par poule (à l'intérieur du bâtiment et à l'extérieur), la taille maximum du cheptel, l'alimentation, la durée

de l'éclairage artificiel... Les oeufs « 0 » et « 1 » sont les plus

respectueux du bien-être animal, les oeufs « 3 » bien moins (même si les normes de 2012 ont amélioré la situation).

4 Labels

Il existe trois labels officiels relatifs à la qualité et à l'origine : l'Indication Géographique Protégée (IGP) attestant d'un bassin et d'un mode de production spécifique, le Label Rouge (LR), attestant la qualité supérieure et l'Agriculture Biologique (AB), attestant

du mode de production bio.

Les élevages labellisés suivent des cahiers des charges exigeants. Certaines certifications privées (Nature et

progrès, Bio Cohérence, Demeter) vont encore plus loin. Notez que l'IGP n'a été décerné que pour les oeufs de Loué.

5 Fermier

La mention « fermier » répond à des critères

précis (élevage en plein

air, ramassage manuel

quotidien, exploitation limitée à 6 000 poules, autres sources de revenus...). L'emballage doit mentionner la part des céréales utilisées dans l'alimentation

(minimum 60 % s'il est fait

référence à une alimentation par des céréales). Restez

vigilant : les oeufs vendus chez certains petits

producteurs sont parfois issus de poules élevées en cage ! Vérifiez le chiffre

sur la coquille.

6 Paysan

L'exemption de

marquage est autorisée

pour les petits producteurs

fermiers/paysans, à

condition de respecter

certains critères : élevage inférieur à 250 poules,

mode de production

traditionnel (plein air,

alimentation variée),

diversité des productions agricoles au sein de la ferme et surtout vente en direct.

En tant que professionnel, vous avez le droit d'utiliser des oeufs achetés en direct et non marqués, mais il est

interdit de les revendre à

votre clientèle en l'état

(produits de service).

Notez que le dépistage

des salmonelles n'est pas

obligatoire dans les élevages inférieurs à 250 poules

(l'agrément sanitaire reste impératif).

A.T.
EN SAVOIR PLUS

Internet

www.economie.gouv.fr/dgccrf/oeufs-fermiersNote de la DGCCRF sur les oeufs fermiers (07/2017)

www.economie.gouv.fr/daj/st-oeufs Spécifications techniques

applicables aux oeufs et aux ovoproduits Document

téléchargeable (12/2015).

Imprimer Envoyer par mail