Cest une tradition vivace, à la campagne comme en ville. Fête de la rose ou de la pêche, feu de la Saint-Jean, journée des plantes… Aux beaux jours, le calendrier local se remplit d’animations propices aux rencontres et aux ripailles. Vous avez dit ripaille ? Qui mieux que vous, commerçant de proximité et fournisseur de gourmandises, pourrait y avoir sa place ? Voici quelques idées pour y trouver la vôtre.

Idée n°1 : S’informer

Toutes ces manifestations s’organisent plusieurs mois à l’avance. Pour vous tenir au courant, et avoir l’opportunité d’y participer de façon efficace pour votre commerce, mieux vaut être à la source en…

  • Entretenant des relations suivies avec les membres du Comité des Fêtes, les responsables de l’animation à la mairie, les présidents d’associations…
  • Laissant entendre que vous êtes prêt à mettre la main à la pâte, notamment en ne disant pas non à ceux qui viennent vous solliciter.

Idée n°2 : Les petits gestes qui comptent

Vous n’avez ni le temps, ni les fonds pour participer ? Ni l’un ni l’autre ne sont nécessaires pour montrer votre bonne volonté. Ainsi,vous pourriez :

  • Servir de lieu de rendez-vous pour la vente des places de tombola. Cela présente l’avantage supplémentaire d’attirer du passage en magasin et, par conséquent, de toucher potentiellement une nouvelle clientèle ou de générer des ventes additionnelles.
  • Solliciter vos fournisseurs pour obtenir des widgets pour la pêche à la ligne des enfants ou le loto de leurs grands-parents.

Idée n°3 : Jouer le jeu

Si vous êtes prêt à aller un peu plus loin, les occasions ne manquent pas.

  • Comme la boulangerie Bonniec, à Jouy-sous-Thelle (60) : « chaque année, à la fête locale, les enfants déguisés forment une parade qui passe devant notre boutique, raconte Sandrine Bonniec. Nous faisons en sorte de leur faire plaisir, avec un croissant ou une chouquette ».
  • Dans le même esprit, cette boulangère fournit des bons (une part de tarte, de flan…) pour le loto des anciens et achète, sur le budget de son commerce, des petits jeux pour la tombola de l’école.
  • À Marlieux (01), Laurent Duvignaud participe régulièrement aux salons culinaires locaux.
    « Au salon des vins, j’expose du chocolat, au salon du goût, du pain et de la brioche. La semaine dernière, lors du premier marché des Saveurs de l’Ain, j’ai vendu des tartes bressanes. »

Idée n°4 : Surenchérir

Les plus imaginatifs apportent même de l’eau au moulin de ces festivités.

  • Cela peut passer par la création d’une spécialité dédiée (une tarte aux pommes spéciale pour la fête de la pomme, un snack au boudin pour le festival du boudin, un macaron à la rose pour le corso fleuri…), promue en tant que telle (vente éphémère, édition limitée).
  • Pour surfer sur l’actualité, vous pouvez décorer votre magasin aux couleurs de l’évènement, voire organiser un concours en rapport avec celui-ci.
  • À Eguisheim (68), la boulangerie Marx fait partie de l’association des partenaires économiques de la ville. Elle est à l’initiative de fêtes inventées de toutes pièces, pour le vin nouveau fin septembre, le champignon fin octobre, le marché de Noël en décembre…

Idée n°5 : Une question d’image

Vous ne manquez pas de travail. Alors, pourquoi en rajouter ?

  • « Jouy-sous-Thelle est un petit village, explique Sandrine Bonniec. Nous connaissons tout le monde. Répondre aux sollicitations est une manière de remercier nos clients. »
  • Son collègue Laurent Duvignaud partage la même réflexion. Il voit en outre un avantage économique à participer aux marchés gourmands : « le stand me coûte 150 à 300 €, je récolte entre 800 et 1000 € de bénéfice. C’est aussi une occasion de faire connaître nos produits et notre boutique ! »
  • Enfin, en Alsace, les commerçants associés ont créé leur propre réussite : « Avant, nous travaillions surtout en juillet et août, pendant la période touristique, raconte Muriel Roesch. Grâce à nos animations, nous remplissons le village - et donc nos boutiques - le reste de l’année. »

Cécile Rudloff