Les participants aux concours sont unanimes : ces challenges sont utiles bien au-delà du résultat. Ils encouragent à se surpasser, permettent de sortir de son quotidien, d'élargir son réseau et d'enrichir ses connaissances… Si, en plus, ils boostent les ventes, nul ne s'en plaindra !

Idée n°1 : Créer le suspense Bien sûr, vous n'êtes pas sûr de monter sur le podium. Mais votre démarche à elle seule mérite l'attention. Annoncez votre participation en boutique, proposez à vos habitués de donner leur avis (constructifs), mobilisez votre personnel (voire inscrivez-le : c'est un formidable outil de motivation et de management). Partagez sur vos réseaux sociaux des bribes d'entraînement (détail d'un gâteau, test d'une nouvelle recette…). Ce n'est pas tant ce que vous faites qui compte, mais l'élan enthousiaste que vous allez susciter.

Idée n°2 : Etre prêt Au cas où vous finiriez premier, mettez tout en place car, quand vous aurez le trophée entre les mains, il sera trop tard. Assurez-vous d'avoir un effectif complet au laboratoire comme au magasin pour pouvoir assurer un regain d'activité. En cas de victoire, il y a fort à parier que les médias vous contactent. Prévoyez une blouse propre et un discours rôdé. Avoir en stock une présentation de l'entreprise et quelques belles photos est un vrai plus. Le moment venu, gardez précieusement les coordonnées des journalistes pour pouvoir les rappeler pour un prochain événement.

Idée n°3 : Jouer la carte du réseau Les rencontres professionnelles font partie des bénéfices d'une compétition… Emportez vos cartes de visite et échangez-les sans compter. Qui sait ce que vos discussions dans la zone concours peuvent ouvrir comme nouvelles perspectives ? Wu Pao Chu, Master Baker 2010 pour Taïwan, est désormais multimillionnaire grâce à son réseau de boulangeries… Gardez le contact, en créant un groupe Facebook par exemple, ou en organisant une escapade d'inspiration chez vos concurrents les plus calés.

La Meilleure Boulangerie de France est un formidable accélérateur denotoriété (ici, à g., Christophe Prodel,lauréat 2015).

Idée n°4 : Surfer sur la vague Vous avez gagné ? Vous dégusterez votre victoire plus tard ! Contactez rapidement vos fournisseurs pour pouvoir afficher votre récompense tous azimuts. En magasin, sur la vitrine, les packagings, une étiquette prix plus grande et logotée, pour le produit concerné… Si vous avez des images (comme pour la Meilleure Boulangerie de France), n'hésitez pas à passer le replay sur un écran derrière la caisse. Ajoutez le titre à votre bio sur Facebook, votre site Internet… et partagez les retombées médiatiques. Comme Hervé Courtat au Mans (72), faites déposer dès le lendemain un échantillon du produit primé aux rédactions des médias locaux (journaux, radios, télés…) avec une photo de la remise des prix et une présentation de la boulangerie. Echos assurés ! Conservez également les coupures de presse et autres retombées pour pouvoir les inclure dans de futurs dossiers de prêts bancaires.

Idée n°5 : Soyez beau joueur Vous avez gagné ? Bravo ! Vous avez perdu ? Pas vraiment, car vous avez certainement récolté de nombreuses choses positives. Félicitez le lauréat et gardez le à l'oeil : s'il a été meilleur, vous pourriez piocher chez lui de nouvelles idées inspirantes.

Le choix de la montée en gamme Un trophée, c'est évidemment la promesse d'une augmentation de chi ffre d'a ffaires. Mais pas seulement. En Alsace, le champion du monde de boulangerie Antoine Robillard a choisi d'en profiter pour valoriser la qualité de ses produits. « Mes magasins sont situés à la campagne, je savais donc que le potentiel de clientèle était limité, explique-t-il. J'ai préféré utiliser le titre pour retravailler ma gamme en interne et communiquer sur mes choix qualitatifs de matières premières. » En utilisant l'espace médiatique o ffert par le concours, le lauréat a pu promouvoir ses farines Label Rouge, ses levains et ses fournisseurs locaux. Il a pu, aussi – fort de la nouvelle confiance de ses clients – oser des créations plus audacieuses. Surtout, il a considéré ce titre comme une obligation à sortir, chaque jour, des produits encore plus irréprochables. Une philosophie payante sur le long terme !

par Cécile Rudloff (publié le 17 novembre 2017)